EXTRAIT Ma-plume-dans-l’asphalte

Le 20-03-2019

Visions poétiques du monde

Ma plume dans l’asphalte
« Je trempe ma plume dans l’asphalte, il est peut-être
pas trop tard
Pour voir un brin de poésie même sur nos bouts de
trottoirs
Le bitume est un shaker où tous les passants se
mélangent
Je ressens ça à chaque heure et jusqu’au bout de mes
phalanges
Je dis pas que le béton c’est beau, je dis que le béton
c’est brut
Ça
peut-être

sent
que

le

vrai,

c’est

ça

l’authentique,
le

truc.

»

Grand Corps Malade, « Enfant de la ville », album Enfant
de la ville, 2008.