NOTION Déterminer-la-longueur-d’un-vers

Le 20-03-2019

Poésie

Les vers
Déterminer la longueur d’un vers
Remarque
• Jusqu’au XIXe siècle, la poésie était soumise
à un certain nombre de règles que tu dois
connaître pour pouvoir analyser un poème
et voir si le poète se conforme à ces règles
ou s’il choisit de s’en libérer.
• N’oublie pas que la forme (la manière
d’écrire) est toujours liée au fond (le
contenu, le sens).

Si tu constates que le

poète ne respecte pas telle règle, essaye de
te demander pourquoi, ce que l’on peut en
dire.

Déterminer la longueur d’un vers
Pour déterminer la longueur d’un vers,

tu

dois compter le nombre de syllabes qui le
composent.
Ex. : Je/par/ti/rai./Vois-/tu/je/sais/que/tu/m’a/ttends.
(Victor Hugo, « Demain, dès l’aube ») : ce vers
comporte douze syllabes.
Remarque
Attention au e muet (e à la fin d’un mot) :
Il n’est pas prononcé :
• quand le mot suivant commence par une
voyelle ou un -h- muet ;
• à la fin d’un vers, y compris pour les mots qui
se terminent par -es ou -ent
Il est prononcé dans les autres cas.

Ex. : C’est/un/trou/de/ver/du/r(e)où/chan/t(e)u/ne/ri/v
(Rimbaud, « Le Dormeur du val »)

Diérèse et synérèse
• Certains mots ont deux sons vocaliques qui
se suivent.
Ex. : nuit, muet, jouer, etc.
• On les prononce en diérèse quand on les lit
en deux syllabes.
Ex. : nu-it, mu-et
• On les prononce en synérèse quand on les
lit en une seule syllabe.
Ex. : nuit, muet
Remarque
Quand prononcer en diérèse ou en synérèse ?
Normalement
l’étymologie.

la

prononciation

dépend

de

Tu ne peux pas connaître

l’étymologie de tous les mots, mais tu peux
t’aider de la longueur des autres vers du poème.
Ex. : si un poème est écrit en alexandrins, tous les
vers doivent avoir douze syllabes. Si l’un d’entre
eux comportait onze syllabes, cela mettrait à mal
le rythme du poème ; il faut donc le lire avec
une diérèse pour que le vers fasse bien douze
syllabes.
Exemple
Le poème « Heureux qui comme Ulysse », de
Joachim Du Bellay, est écrit en alexandrins. Dans
le tercet suivant, pour que le deuxième vers
comporte bien douze syllabes, il faut faire une
diérèse sur audacieux [au-da-ci-eux ].
Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine
Dans ce tercet, Du Bellay dit qu’il préfère son
petit village natal, sa petite maison familiale, à
Rome, dont l’architecture grandiose, prestigieuse,
est pour lui un peu orgueilleuse. La diérèse sur
audacieux (= prétentieux, orgueilleux) allonge le
mot et souligne cette démesure.