EXTRAIT Force-du-destin-Sophocle

Le 20-03-2019

Agir dans la cité : individu et
pouvoir

Force du destin : Sophocle
Dans le théâtre antique, le chœur a pour
rôle de commenter la pièce pour les
spectateurs et de délivrer le sens de la
tragédie.
LE CHŒUR. – « Quand les dieux ont une fois ébranlé une
maison, il n’est point de désastre qui n’y vienne frapper
les générations tour à tour.
On croirait voir la houle du grand large, quand, poussée
par les vents de Thrace, et par leurs brutales bourrasques,
elle court au-dessus de l’abîme marin et va roulant le
sable noir qu’elle arrache à ses profondeurs, cependant
que, sous les rafales, les caps heurtés de front gémissent
bruyamment.
Ils remontent de loin, les maux que je vois, sous le
toit des Labdacides, toujours, après les morts, s’abattre
sur les vivants, sans qu’aucune génération jamais
libère la suivante : pour les abattre, un dieu est là
qui ne leur laisse aucun répit.

L’espoir attaché à

la seule souche demeurée vivace illuminait tout le
palais d’Œdipe, et voici cet espoir fauché à son tour ! »
Sophocle, Antigone, vers 441 avant J.-C.