EXTRAIT Force-du-destin-Jean-Anouilh

Le 20-03-2019

Agir dans la cité : individu et
pouvoir

Force du destin : Jean Anouilh
Un décor neutre. Trois portes semblables.
Au lever du rideau, tous les personnages
sont en scène.

Ils bavardent, tricotent,

jouent aux cartes. Le Prologue se détache et
s’avance.
LE PROLOGUE. – « Voilà. Ces personnages vont vous
jouer l’histoire d’Antigone.

Antigone c’est la petite

maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien.
regarde droit devant elle.

Elle pense.

Elle

Elle pense

qu’elle va être Antigone tout à l’heure, qu’elle va
surgir soudain de la maigre jeune fille noiraude et
renfermée que personne ne prenait au sérieux dans
la famille et se dresser seule en face du monde, seule
en face de Créon, son oncle, qui est le roi. Elle pense
qu’elle va mourir, qu’elle est jeune et qu’elle aussi,
elle aurait bien aimé vivre. Mais il n’y a rien à faire. »
Jean Anouilh, Antigone, 1946.