NOTION Oxydation-des-alcools-et-des-aldéhydes

Le 20-03-2019

Synthèse de molécules et de
matériaux

Alcools, aldéhydes, cétones et acides
carboxyliques
Oxydation des alcools et des aldéhydes
Propriété
Oxydation des alcools primaires
• On peut oxyder des alcools primaires en
aldéhyde en présence de certains oxydants.
• Si

les

conditions

expérimentales

le

permettent, l’aldéhyde peut être à son
tour oxydé en acide carboxylique.
Exemple
• L’éthanol

peut

être

oxydé

en

acide

carboxylique en utilisant du dichromate
de potassium.
• C’est une réaction d’oxydo-réduction qui
met en jeu les couples :
– Cr2 O72− /Cr3+
et CH 3 CH 2 OH/CH 3 COOH
• On l’utilise dans les éthylotests.
• La réaction globale (après écriture des
demi-réactions rédox) est :
– 2 Cr2 O72− + 3 CH 3 CH 2 OH + 16 H + =
3 CH 3 COOH + 4 Cr3+ + 11 H2 O
Propriété
Oxydation des alcools secondaires
On peut oxyder des alcools secondaires en cétone
en présence de certains oxydants.
Exemple
• L’isopropanol peut être oxydé en acétone
par des ions permanganates.
• Les couples mis en jeu sont :
2+
– M nO−
4 /M n

et

CH 3 − CHOH −

CH 3 /CH 3 − CO − CH 3
• La réaction globale est :
+
– 2 M nO−
4 +5 CH 3 −CHOH −CH 3 +6 H =

2 M n2+ + 5 CH 3 − CO − CH 3 + 8 H2 O
Remarque
On ne peut pas oxyder des alcools tertiaires.
Propriété
Mise en évidence de l’oxydation
Pour montrer que l’oxydation a bien eu lieu, on
peut :
• utiliser

les

tests

caractéristiques

des

fonctions cétones et aldéhydes ;
• faire de la chromatographie sur couche
mince (CCM).
Propriété
Tests caractéristiques des fonctions carbonyles
• Pour mettre en évidence la présence de
cétone ou d’aldéhyde, on peut utiliser la 2,4−
dinitrophnylhydrazine (ou 2,4 − DN P H). 
• En présence d’aldéhyde ou de cétone et de
2,4 − DN P H, un précipité jaune orangé se
forme.
• Pour distinguer les aldéhydes et les cétones,
on utilise de la liqueur de Fehling. Celle-ci,
en présence d’aldéhyde uniquement, forme
un précipité rouge brique.
Remarque
D’autres tests caractéristiques existent comme le
réactif de Tollens.
Définition
Chromatographie sur couche mince (CCM)
• C’est une technique de séparation et
d’identification de substances chimiques.
• Pour réaliser cette chromatographie :
– on

dépose

des

échantillons

de

substances chimiques sur un support
(ex. : plaque de silice) ;
– on place la plaque dans un récipient où
se trouve un éluant (= solvant) ;
– on vérifie que la hauteur de l’éluant ne
depasse pas la ligne où se trouvent les
échantillons ;
– on

laisse

l’éluant

se

diffuser

sur

le support c’est-à-dire monter par
capillarité ;
– on sort la plaque lorsque l’éluant est
arrivé au trois quarts de cette dernière
puis on la sèche et on fait une révélation
sous UV.
• Pour analyser le résultat :
– si on observe une seule tache cela
signifie que l’échantillon n’est composé
que d’une substance chimique ;
– si on observe plusieurs taches cela
signifie que l’échantillon est composé
de plusieurs substances chimiques.
Remarque
• L’éluant est appelé phase mobile.
• Le support, généralement la couche de
silice, est appelé phase stationnaire.